mardi 30 décembre 2014

Immensité et incandescence des voies ferrées australiennes - meilleurs voeux 2015

L'infini d'une ligne de train privée, prise d'un pont à Cober Peddy (Australie), par le photographe Dominique Houyet ©

Un soir cet été, alors que je revenais d'un périple de 5 jours en petit avion dans la région centrale de l'Australie, je rencontrais de façon inattendue le photographe Dominique Houyet.
Nous avons passé la soirée avec son épouse, dans sa maison troglodyte sous une colline de Cober Peddy, ville minière presque lunaire à la conquête de l'opale.

Je découvrais après le repas les photographies prises par Dominique auprès des mineurs.
Dans les sous-sols de cette terre marbrée de rouge, jaune et blanc, les machines monstrueuses prennent la forme d'animaux sauvages. Les visages et corps des mineurs, semblent irréels, puissants, presque mécaniques tant ils se marient avec l'outillage sous la pâleur des lampes.

Nous passons à une autre série d'étranges photos, de trous d'aération des galeries minières. Elles prennent la forme invraisemblable d’œils de caméléon ou d'autres animaux fantasmagoriques. Pour obtenir ce résultat, j'apprends qu'il dispose son matériel photographique à la nuit presque tombée. Puis sans aucun flash, avec un temps de pose long, il saisit les circonvolutions profondes du sol à l'aide d'une lampe de poche. Comme un pinceau la pellicule révèle le grain de la matière. L'effet est saisissant.

Juste avant les fêtes, quelques mois plus tard, nous nous rencontrons en Europe, autour d'une bière sur la Grande-Place de Bruxelles. A cette occasion Dominique me montre d'autres photographies dont cette ligne infinie d'une voie de chemin de fer privée à travers le désert central de l'Australie (ci-dessus).

Prise d'un pont à la périphérie de Cober Peddy, ce cliché noir et blanc, avec un grain fin, semble évoquer comme l'itinéraire d'une vie, le dépouillement au fil des années, la recherche d'un absolu.
Là où les rails finissent par converger et rejoindre le ciel, figure comme l'incandescence ou couronnement d'une quête existentielle. Cette magnifique photographie, m'apparaît également comme de superbes vœux pour 2015.

Enregistrer un commentaire