lundi 20 août 2012

Evolution de l'art aborigène : un style sous tension

Exposition d'art aborigène à Uccle, Bruxelles. Collection privée.

Chez un anthropologue et collectionneur de l'art aborigène à Bruxelles, je découvrais avec enthousiasme deux toiles a-priori bien différentes, à l'occasion d'une visite d'une expo privée.
De prime abord, il n'y a rien de révolutionnaire dans cette juxtaposition de peintures. Les styles apparaissent bien distincts. Le pointillisme d'un côté. Des traits pleins de l'autre.
La palette de couleur est également différente : dense, foncée comme les couleurs primaires du désert australien sur celle de droite. Plus vive, sur celle de gauche, dans les crêmes et rouge-orangés.

Evolution du style de l'artiste : entre invention et continuité

Rien ne semble de façon évidente relier ces deux oeuvres. Et pourtant il s'agit du même peintre à deux époques différentes de son parcours. Peut-être saurez-vous le reconnaître ?
Pour vous aider je vous donne une piste : il s'agit d'un artiste de la communuté de Papunya...

La proximité entre ces deux toiles va plus loin encore. Et c'est là que réside tout l'intérêt de cette approche comparée. Il s'agit en réalité du même rêve décliné à travers les mêmes motifs.
Le motif central persiste y compris dans son absence, juste suggéré par les diagonales plus géométriques. Il figure au coeur, omniprésent mais invisible, un peu comme ces motifs sacrés que les artistes tentent de cacher.

Vers l'épuration du style et le renforcement de l'effet visuel

L'écriture et cette forme sacrée centrale (itinéraires, trous d'eau, lieux de rassemblement...), constituent l'architecture, la colonne vertébrale d'un mythe. Son importance est souligné par un effet de vibration apporté par des ondes de réflexion en pointillé.
Dans le même esprit, sur la peinture de droite, l'artiste se réinvente. Il garde le principe de valorisation du mythe au coeur. Il y apporte également un effet de brillance, en transformant son trait en lignes multiples géométriques et alignées, dans une dynamique centrifuge et centripète.

Dans ce mouvement d'art contemporain, l'invention nourrit la tradition, avec des styles sous une tension créatrice sans cesse renouvellée.
Enregistrer un commentaire